1 BOSTON – États-Unis

Baxter, le premier robot à déchiffrer les pensées

il des débuts du dialogue
homme-machine ? Le laboratoire d’informatique
et d’intelligence du Massachusetts Institute of Technology
(MIT) et l’Université de Boston ont développé un système
permettant au robot Baxter de corriger ses erreurs en interprétant les signaux
neuronaux de l’homme. Des capteurs, placés sur la tête de l’ordonnateur, envoient
des signaux cérébraux au robot qui les déchiffre et les analyse pour en tirer une
commande simple. Plus besoin d’interfaces mécaniques entre l’homme et le robot.
C’est par le langage de la pensée, moins exigeant et chronophage, que s’opère la
communication. Ainsi, Baxter est capable de lire et de comprendre les ondes cérébrales
reçues et de réorienter le cours de ses actions, grâce à un algorithme qui
calcule très rapidement la probabilité d’erreur de l’action qu’il est en train d’effectuer.
Une façon d’autonomiser encore plus le robot mais aussi et surtout de le
connecter davantage à l’homme dans une nouvelle forme de collaboration. À terme,
la pensée pourrait agir comme une télécommande connectée à son environnement
robotique et/ou numérique.