5 PORTSMOUTH – Royaume-Uni

Contre la pollution, une enzyme dévoreuse de plastiques

Il y a quelques années, des chercheurs japonais
ont découvert par hasard l’existence de l’ideonella
sakaiensis, une bactérie capable de « manger »
le polytéréphtalate d’éthylène (PET), qui entre dans la
composition de très nombreuses bouteilles en plastique.
En travaillant sur le sujet, des scientifiques de
l’université de Portsmouth et du laboratoire national
des énergies renouvelables du ministère de l’Énergie
américain ont non seulement réussi à lever le mystère
de sa composition, mais ont aussi conçu une nouvelle
enzyme, encore plus efficace pour désagréger les plastiques.
L’objectif est désormais d’en améliorer les
performances afin de pouvoir un jour l’utiliser dans un
processus industriel de destruction des plastiques, si
délétères pour l’environnement.