5 PARIS – France

Des larves fluorescentes pour détecter la pollution des eaux

Biologie

Les lessives, médicaments
et pesticides déversés dans les rivières, les fleuves
et les lacs de France peuvent contenir
des substances toxiques à des concentrations très
faibles. Ces micropolluants peuvent modifier
le comportement des hormones, induisant parfois
une modification du sexe chez certains poissons.
Pour détecter ces perturbateurs endocriniens,
le laboratoire d’Eau de Paris a transformé l’ADN
de larves de poissons pour qu’elles deviennent
fluorescentes au contact des micropolluants.
Désormais, des tests pratiqués régulièrement
permettent aux stations d’épuration de savoir
si les micropolluants qu’elles rejettent sont nocifs
pour la flore et les organismes vivants.
De cette manière, elles peuvent
travailler à de nouveaux systèmes
pour empêcher leur rejet dans
les eaux.