2 LANSING - ÉTATS-UNIS

Des liens entre un mauvais odorat et une mort prématurée

Santé

Une étude de la Michigan State University, réalisée auprès d’un
échantillon de 2 000 personnes âgées entre 71 et 82 ans, a établi que les personnes ayant une perte, voire une disparition, de leur odorat étaient deux fois plus susceptibles que les autres de mourir dans les dix ans suivants. D’après l’analyse des données des défunts, les décès liés à la maladie de Parkinson, aux maladies cardiovasculaires et à la démence étaient surreprésentés, ce qui indiquerait un lien avec la perte de l’odorat. D’après les chercheurs, l’odorat pourrait devenir l’un des critères de vigilance pour diagnostiquer certaines maladies.