10 AUCKLAND – Nouvelle-Zélande

On sait désormais prédire la mort… des mouches

Science

Et si la capacité à prédire la mort relevait de l’analyse des cycles circadiens ?
C’est la théorie des scientifiques de l’université d’Auckland, qui ont réussi à « interpréter »
l’activité de traceurs moléculaires liés aux cycles circadiens des mouches du vinaigre pour
prédire leur mort quelques jours avant qu’elle survienne. Les chercheurs ont étudié le travail de
deux gènes situés dans le cerveau et dans les tissus périphériques. Il s’est avéré que lorsque les deux
gênes augmentaient leur activité et perdaient leur rythme, il ne restait que quatre jours avant la mort
des insectes. Cette corrélation a été observée non seulement chez les animaux âgés, mais également
chez les animaux relativement jeunes. Reste à savoir si elle fonctionne aussi sur d’autres espèces,
et pourquoi pas les hommes.