5 KUMASI - Ghana

Quand la « blockchain » remplace le cadastre

Administration

Cela paraît une évidence : toute propriété
doit être enregistrée afin de garantir la sûreté des transactions.
Mais en Afrique, où 90 % des zones rurales ne
sont pas répertoriées, savoir à qui appartient un bout de
terre, et donc le transférer, reste un casse-tête. Sans
compter les difficultés que rencontre l’État pour percevoir
les taxes. Pour résoudre ce problème, l’ONG Bitland expérimente
la création d’un registre de propriété transparent
et infalsifiable en utilisant la technologie ultra-sécurisée
de partage et de stockage des informations blockchain.
Pour inscrire un terrain dans le cadastre virtuel, il suffit
de remplir un formulaire, puis les données sont intégrées
dans le système par Bitland. La startup développe un projet
pilote à Kumasi, qui compte 2 millions d’habitants. Elle
espère étendre son offre à tout le continent africain dans
les cinq prochaines années.