8 HAÏFA – Israël

Un matériau qui s’autorépare

Lorsqu’on se blesse, notre peau
cicatrise. Alors pourquoi n’en serait-il pas
de même pour les objets ? Le prestigieux
Technion et l’Institut Russel Berrie
Nanotechnology ont développé le premier
matériau capable de s’autoréparer. Composé
de polymères synthétiques, il est flexible, fin
et capable de se reconstituer en cas de dommages
au bout de 10 à 30 minutes. Toujours en phase
de développement, il pourrait être utilisé pour
protéger les écrans tactiles
des téléphones portables, corriger
les imperfections dans les circuits
électriques ou encore protéger
le matériel médical.