5 BATANGAFO, KABO, NDÉLÉ – Centrafrique

Une nouvelle molécule pour prévenir le paludisme

Santé

Pour faire face à l’épidémie de paludisme qui
sévit en Centrafrique et qui représente la première
cause de mortalité des enfants de moins de cinq ans,
l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a déployé, cet
été, un nouveau traitement dans les villes de Batangafo,
Kabo et Ndélé, situées dans le nord du pays. Ce
traitement préventif se base sur une nouvelle molécule,
la dihydroartémisinine-pipéraquine (DHA/PQ). Sa
particularité ? Celle-ci reste dans le sang pendant trois
semaines, délai pendant lequel elle traite le paludisme
et prévient son apparition. Pendant trois jours,
7 000 enfants ont été traités. Avec des résultats sans
appel, qui montrent une diminution allant de 50 à 80 %
du taux de mortalité accompagnée d’une baisse des
consultations et des admissions à l’hôpital.