Le tour du monde de l’innovation | Le tour du monde de l’innovation

Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

Vous recherchez : "Foodtech" 2 résultats trouvés

TEL AVIV – Israël
Des fours intelligents qui...
Du 18 avril au 1er mai 2018

Bête comme un four ? Plus maintenant. La startup israélienne...

CAMBRIDGE – États-Unis
Pic2Recipe, l’appli qui...
Du 25 au 31 Octobre 2017

Qui n’a jamais rêvé de connaître la composition d’un plat dégusté...

10TOKYO - Japon

Une IA qui détecte l’émotion dans la voix

Intelligence artificielle

L’essor des chatbots et des assistants personnels comme Alexa (Amazon) ou Google Assistant devrait faire exploser le marché de la reconnaissance vocale. Mais aujourd’hui, ces acteurs sont capables de faire de l’analyse linguistique, c’est-à-dire de comprendre l’utilisateur quand il parle. Au Japon, la startup Empath se concentre quant à elle sur l’analyse émotionnelle : elle a développé une solution d’intelligence artificielle capable d’affiner sa compréhension de la voix en prenant en compte ses propriétés physiques comme la vitesse, le volume, la hauteur, le ton, etc. La solution peut ainsi identifier en temps réel la joie, la colère, le calme, la tristesse… De quoi intéresser les centres d’appels commerciaux, les services de secours ou de santé, voire les géants de la tech comme Google et Amazon.

9NANKIN - Chine

iPal, robot-professeur, compagnon… et surveillant des enfants

Robotique

Il parle chinois et anglais, donne des cours, plaisante et propose des jeux : voici iPal, le premier robot-professeur. De la taille d’un enfant de 5 ans, ce « professeur idéal » a été conçu par la startup AvatarMind Robot Technology pour être le « compagnon » des tout-petits, c’est-à-dire pour parler aux enfants, les distraire et les surveiller en l’absence des parents grâce à ses capteurs qui entendent et voient tout autour de lui. Il se déplace sur roues motrices, est doté de bras articulés et possède sur sa poitrine un large écran-tablette. Ses yeux mobiles sont dotés d’une technologie de reconnaissance faciale. Le prix du robot avoisine 9 000 yuans (1 200 euros), tandis que le modèle de luxe coûte jusqu’à 13 000 yuans (1 720 euros).

8PERTH - Australie

Fini le coton, vive l’écofibre issue des déchet de noix de coco !

Economie circulaire

Tout se recycle, rien ne se perd. Sensibilisé au fait qu’il faut en moyenne 2700 litres d’eau pour fabriquer un tee-shirt en coton, Nanollose, une société australienne, a développé une alternative écologique, une écofibre baptisée Nullarbor, produite à partir des déchets de biomasse provenant de l’industrie de transformation de la noix de coco. La startup a réussi à générer des fibres qui serviront à fabriquer des vêtements d’une manière plus respectueuse pour l’environnement. D’après le PDG de Nanollose, Alfie Germano, ce procédé peut convertir en fibres textiles de grandes quantités de déchets de biomasse provenant de l’industrie du vin, de la bière et des autres aliments liquides.

7JÉRUSALEM – Israël

La soie d’araignée synthétique tisse des perspectives à la médecine

Biotech

La force de la toile d’araignée, popularisée par Spider-Man, n’est plus à démontrer. Les tentatives pour imiter son processus de création n’avaient jamais été satisfaisantes jusqu’à ce que la startup israélienne Seevix Material Sciences trouve le moyen d’assembler spontanément et automatiquement les protéines de soie. Une approche biomimétique, fruit de dix ans de recherche, qui permet de créer une soie synthétique ayant les mêmes propriétés que la soie de l’animal, mesurant un dixième de millimètre de long et 100 nanomètres de diamètre. Ses applications sont à chercher du côté de la médecine, en particulier de l’ingénierie tissulaire et de la croissance cellulaire.

6BERLIN - Allemagne

Une mission satellitaire pour observer l’eau sur Terre

Espace

Mieux connaître le cycle de l’eau : c’est l’objectif de la mission GRACE-FO, de la Nasa et du GFZ, le centre allemand de recherche des sciences de la Terre. Elle se compose de deux satellites, lancés le 23 mai par la fusée Falcon 9 de SpaceX, qui serviront à mesurer, avec une « précision extrême », les déplacements de masses d’eau sur Terre. La distance calculée constamment entre les deux satellites sera de l’ordre du millionième de mètre. Une légère modification de cette distance permettra de déduire les importants mouvements de masse d’eau sur Terre, tels que la fonte des glaces aux pôles, des moussons très importantes ou des réservoirs naturels ou artificiels qui s’assèchent ou se remplissent. Les premières données seront accessibles aux chercheurs vers la fin de l’année.

5ABUJA - Nigeria

L’appli qui réduit le prix des denrées pour les démunis

Social Tech

D’après l’ONU, près de 4,7 millions de personnes nécessitent une aide alimentaire au Nigeria, dont 1,4 million de manière urgente. Pour réduire ces chiffres alarmants, Oscar Ekponimo, ingénieur ayant souffert de malnutrition dans son enfance, a lancé l’application Chowberry, qui aide les commerçants à gérer la date de péremption de leurs produits. Lorsque l’expiration des denrées approche, les commerçants sont alertés et appliquent des rabais sur les prix, ce qui permet aux organismes d’aide alimentaire et aux consommateurs à faibles revenus d’en bénéficier. « Le but est de vendre les produits 70 % moins cher », a précisé l’ingénieur. Les différents tests montrent que l’appli a bénéficié aux populations les plus pauvres autour des magasins partenaires.

4TOULOUSE – France

CityTaps démocratise l’accès à l’eau courante

Tech for good

Parmi le milliard de personnes dans le monde n’ayant toujours pas accès à l’eau potable (chiffre de l’ONU), 88 % résident en zone urbaine et sont isolées des circuits d’accès à l’eau car elles ne peuvent pas payer leur abonnement. Les opérateurs d’eau font alors le choix éthiquement discutable de ne pas investir dans ces zones « non rentables ». CityTaps a donc développé un ensemble connecté reposant sur des compteurs intelligents et un logiciel de gestion de ces compteurs en temps réel. Le bénéficiaire paie l’eau quotidiennement, avec des micropaiements sur son mobile, ce qui lui permet de régler le volume d’eau souhaité à hauteur de ses moyens financiers et surtout à son propre rythme. L’opérateur peut, de son côté, centraliser des flux financiers en amont de la fourniture du service, et donc supprimer les dettes des abonnés et soulager le besoin en fonds de roulement. Petit à petit, ses dépenses d’exploitation sont réduites et il peut investir pour déployer des infrastructures d’eau supplémentaires.

3SOUTHAMPTON – Royaume-Uni

Un petit conteneur qui transforme les déchets alimentaires en biogaz

Énergie

La chaîne alimentaire produit d’énormes quantités de déchets qui doivent être transportés vers une installation centrale pour être traités. Pour simplifier la démarche, l’entreprise SEaB Energy a créé Flexibuster, un conteneur facile à installer et modulaire, capable de transformer les déchets organiques en biogaz, directement sur le site. Il ne nécessite aucune expertise spécialisée pour fonctionner et produit

2CAMBRIDGE – États-Unis

Dormio, le gant qui lit dans vos pensées

Deep Tech

Lors de la phase d’endormissement, entre l’état de conscience et celui du sommeil, nous passons par l’état hypnagogique, un entre-deux où les pensées divaguent qui intrigue les scientifiques depuis des décennies. Au Massachussetts Institute of Technology (MIT), des chercheurs ont mis au point un gant baptisé Dormio, doté d’une mission inédite : capter les signaux annonciateurs de l’entrée dans l’état hypnagogique. Lorsque cela arrive, un assistant vocal issu d’une application sur smartphone parle au dormeur, lui demandant de décrire ses pensées. Cette communication empêche le sujet de sombrer dans un sommeil profond sans le réveiller pour autant. L’objectif : mieux comprendre ce que fait le cerveau pendant l’état hypnagogique et vérifier si cette phase peut servir à augmenter la mémoire, l’apprentissage et la créativité. Des premières expériences menées par les chercheurs vont dans ce sens.

1BERKELEY – États-Unis

Transformer l’air sec du désert en eau, c’est possible !

Matériau

Face aux pénuries d’eau qui menacent de plus en plus d’endroits sur la planète, des chercheurs de l’université de Californie ont trouvé une nouvelle piste : une boîte capable de recueillir l’eau contenue dans l’air, même le plus sec du désert, sans avoir besoin d’électricité. Leur dispositif, qui fonctionne à la lumière du soleil, est composé d’une structure métallique- organique (MOF). Il s’agit d’une sorte de poudre composée de petits cristaux qui piègent les molécules d’eau quand la température baisse, puis qui les libèrent lorsqu’elle remonte. Concrètement, l’objet capture de l’eau la nuit et celle-ci se condense sur les côtés de la boîte lorsque vient le jour. Pour l’heure, on ne peut pas boire plus de quelques gorgées par jour. Mais les chercheurs travaillent sur des améliorations qui pourraient permettre de capturer jusqu’à trois tasses d’eau par jour, soit la moitié des besoins journaliers d’un être humain.