Le tour du monde de l’innovation | Le tour du monde de l’innovation

Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

Vous recherchez : "Efficacité" 1 résultat trouvé

SAN FRANCISCO – États-Unis
Slack, la plate-forme pour mieux...
Du 02 au 09 mars

Entre les chaînes d’emails interminables, les informations qu’on se donne...

10MINAMI-TORISHIMA – Japon

Découverte de gisements massifs de terres rares

Electronique

Pour fabriquer les ordinateurs, les éoliennes, les batteries ou encore les LEDs, il faut des terres rares. Mais les ressources terrestres ne sont pas inépuisables. Heureusement, des scientifiques japonais ont découvert des gisements massifs de terres rares dans les fonds marins d’une zone de 2 500 km2 près de l’île de Minami-Torishima, à 1 800 km au sud-est de Tokyo. La quantité d’yttrium, entrant dans la fabrication des lasers, comblerait les besoins de l’industrie pour plusieurs centaines d’années. La présence de nombreuses autres terres rares pourrait satisfaire la demande actuelle, indiquent les auteurs d’une étude publiée par la revue Scientific Reports.

9JINAN – Chine

Vers la première autoroute solaire au monde

Transports

La Chine avance à grand pas sur les routes du futur. En début d’année, le pays a inauguré la première partie de la toute première autoroute solaire au monde, située dans la province du Shandong, à 400 km de Pékin. Il s’agit pour l’instant d’une portion de 2 km traversant la ville de Jinan. Concrètement, la société Qilu Transportation Development a installé 5 875 mètres carrés de panneaux photovoltaïques miniaturisés, qui ont été posés sur un matériau isolant puis recouverts d’une couche de béton transparent et intégrés à la chaussée. La route produit donc de l’électricité, qui sert à alimenter les systèmes de signalisation, de vidéosurveillance et d’éclairage de l’autoroute. À terme, la chaussée rechargera aussi les véhicules électriques par induction.

8DELHI – Inde

2 930 enfants disparus retrouvés grâce à la reconnaissance faciale

Technologie

2 930. C’est le nombre d’enfants disparus retrouvés en quatre jours par la police de Delhi, d’après la chaîne d’information NDTV. Une performance à mettre au crédit de TrackChild, une base de données répertoriant les photos des enfants recherchés. Pour accélérer les recherches, l’ONG Bachpan Bachao Andolan a mis en place un système de reconnaissance faciale fonctionnant avec TrackChild, qu’elle a confié à la police de Delhi. Sur une base de 4 500 enfants vivant dans des foyers, le logiciel en aurait reconnu 2 930 entre le 6 et le 10 avril. L’ONG se dit prête à confier son logiciel gratuitement aux autorités.

7Golfe d’Oman

Des robots sous-marins découvrent une « zone morte » plus grande que l’Écosse

Environnement

L’exploration des fonds marins grâce aux nouvelles technologies ne révèle pas uniquement des bonnes surprises. Des robots sous-marins, capables de plonger jusqu’à 1 000 mètres de profondeur et de couvrir des milliers de kilomètres, ont permis à des scientifiques de l’université britannique d’East Anglia et de l’université Sultan Qaboos d’Oman d’explorer pour la première fois certaines zones océaniques du Golfe d’Oman, pendant huit mois. Ils ont ainsi découvert l’existence d’une « zone morte » plus grande que l’Écosse. Il s’agit d’endroits où le taux d’oxygène est si faible qu’aucune vie ne peut s’y installer. Jusqu’à présent, la difficulté d’accéder à de telles profondeurs rendait la compréhension du phénomène difficile. Selon ces chercheurs, les climatologues « surestiment les concentrations d’oxygène et sous-estiment la dénitrification » des océans.

6KIGALI – Rwanda

Des salles de classe intelligentes dans toutes les écoles ?

Enseignement

Pour révolutionner son système éducatif, le Rwanda va équiper d’ici à 2020 toutes les écoles publiques du pays de salles de classe intelligentes. Autrement dit, des salles équipées d’ordinateurs connectés à Internet pour chaque élève, et de projecteurs d’écrans. L’objectif est de moderniser l’enseignement et l’apprentissage en intégrant la technologie dans la méthode éducative et en formant toute la jeunesse aux nouvelles technologies. Le projet a débuté en 2014. 645 écoles publiques sur les 3 500 du pays (soit plus de 3 millions d’élèves et 61 000 enseignants) sont déjà équipées de ces innovations.

5HELSINKI – Finlande

Les matières scolaires bientôt supprimées à l’école

Enseignement

Même si le système éducatif finlandais est reconnu comme l’un des meilleurs au monde, le gouvernement innove. La ministre de l’Éducation Marjo Kyllonen a annoncé une réforme majeure à l’horizon 2020, consistant à supprimer toutes les matières et à les remplacer par une approche thématique et interdisciplinaire des événements et des phénomènes, en fonction du cursus et de l’orientation de chacun. Ainsi, terminé les cours d’histoire, de mathématiques, de physique ou de littérature. À la place, un cours sur l’Union européenne permettra par exemple d’étudier l’histoire-géographie, l’économie et la politique. L’objectif : adapter l’enseignement au xxie siècle. Le système sera appliqué aux étudiants de dernier cycle à partir de 16 ans.

4FRIBOURG – Suisse

Une batterie inspirée de l’anguille électrique

Énergie

Le biomimétisme a le vent en poupe. Des chercheurs de l’Institut Adolphe Merkle à l’Université de Fribourg ont développé une batterie inspirée de l’anguille électrique. Ce poisson sud-américain est capable de générer jusqu’à 600 volts et 100 watts pour se défendre ou attaquer ses proies. Il peut aussi moduler sa production électrique pour naviguer en eaux troubles, le tout grâce à de longues et fines cellules, les électrocytes, qui s’étendent sur 80 % de la surface de son corps et qui sont contrôlées par son système nerveux. La batterie des chercheurs repose sur le même principe : elle génère de l’électricité fondée sur la différence de salinité entre des microcompartiments d’eau douce et d’eau salée, séparés par des membranes sélectives d’ions, intégrés dans la batterie. De quoi générer jusqu’à 110 volts. Ces batteries pourraient servir de source d’énergie pour des pacemakers, des capteurs ou des prothèses.

3TOULOUSE – France

Le Watercoin, une cryptomonnaie pour démocratiser l’accès à l’eau potable

Social Tech

Comment réduire le nombre de personnes – 1,8 milliard dans le monde d’après l’ONU – qui n’ont pas accès à l’eau potable ? La startup toulousaine O’Claire, filiale de Sunwaterlife, a lancé le Watercoin, une cryptomonnaie consacrée à l’achat d’eau potable à bas prix, pour la rendre accessible dans les pays émergents. Un Watercoin vaut un litre d’eau potable, donc 1 centime, soit des prix de l’eau 12 à 15 fois inférieurs à ceux du marché. Concrètement, la startup veut créer un réseau décentralisé de « kiosks » (unités de production d’eau potable) fondé sur sa technologie blockchain. Chaque kiosk peut filtrer de l’eau non-potable (provenant d’une rivière par exemple) et alimenter des bornes de distribution d’eau locales baptisées « kiosks fontaines ». La population peut acheter de l’eau grâce à des cartes prépayées. La cryptomonnaie Watercoin est le moyen le plus rapide d’effectuer une levée de fonds conséquente pour déployer rapidement 1 000 kiosks à travers le monde, dont 400 en Afrique, 300 en Amérique latine et 300 en Asie. Via une ICO (levée de fonds en cryptomonnaie), O’Claire espère récolter une vingtaine de millions d’euros pour réaliser son projet.

2BAIE DE MONTEREY – États-Unis

S’endormir en écoutant en direct le chant des baleines

Streaming

Des problèmes pour vous relaxer ? Des chercheurs californiens du Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) proposent depuis le 25 avril d’écouter en direct, depuis YouTube, le son des fonds marins de la baie de Monterey. La performance technique est impressionnante car le son est capté à plus de 900 mètres de profondeur grâce à un hydrophone installé en 2015 et à un système de câblage sous-marin appelé Mars. L’hydrophone peut enregistrer des bruits d’une fréquence allant jusqu’à 128 000 hertz. Les données récoltées permettront aux chercheurs de mieux comprendre l’activité des fonds sous-marins.

1MOUNTAIN VIEW – États-Unis

Détecter le cancer avec un microscope dopé à l’IA et à la réalité augmentée

Santé

L’arrivée à maturité de plusieurs technologies, dont l’IA et la réalité augmentée, va bouleverser de nombreux secteurs. Dans la santé, Google a conçu un microscope nouvelle génération, capable de repérer des cellules potentiellement malades grâce à la fois à la possibilité d’analyser les images en temps réel, rendue possible par à un programme d’intelligence artificielle, et de présenter les résultats directement dans le champ de vision au moyen de la réalité augmentée. Concrètement, l’utilisateur voit l’échantillon à travers l’oculaire. Un algorithme intelligent l’analyse et superpose les résultats, ce qui aiguille le chercheur et lui permet de mieux repérer les cellules abîmées. D’après Google, la technologie serait intégrable aux microscopes existants.