Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

Vous recherchez : "Apiculture" 1 résultat trouvé

LISMORE – Australie
Des « robinets à miel » pour...
Du 20 au 26 mars

Et si on pouvait récolter le miel des abeilles sans les déranger dans leur...

10MELBOURNE – Australie

On sait enfin décrypter les émotions des chats

Insolite

Il n’était pas forcément nécessaire de mettre au point une méthode scientifique pour deviner l’humeur de son chat, mais désormais, les doutes ne seront plus permis. Des chercheurs australiens et britanniques, dans un article publié le 21 mars dernier par la revue Behavioural Processes, décrivent leur système de codage adapté aux mouvements faciaux des chats, baptisé CatFACS. Leur code, fondé sur l’analyse de 29 chats, permet de détecter les mouvements du visage et d’en déduire les émotions associées. Exemple : la peur se manifeste par des clignements des yeux plus réguliers. S’ils sont inquiets, ils tournent la tête légèrement vers la gauche, et vers la droite lorsqu’ils sont détendus. Quant à la frustration, elle se manifeste par des sifflements et des mouvements de la bouche. Vous voilà prévenus.

9TOKYO - Japon

De vieux vêtements transformés en biocarburant pour avions

Énergie

Tout se transforme, y compris les vieux vêtements. La société de recyclage Japan Environment Planning (Jeplan) a débuté un partenariat avec la compagnie Japan Airlines et l’institut Green Earth de Tokyo pour développer du bioéthanol dérivé du coton, d’ici à 2030. La technologie de Jeplan va permettre de décomposer par fermentation les vêtements de coton pour libérer les sucres nécessaires à la production du carburant. Jeplan construit actuellement la première usine de combustible expérimental et espère débuter les vols d’essais en 2020 en combinant le nouveau bioéthanol avec du carburant « classique ».

8TEL AVIV – Israël

Le « suicide » de certaines cellules cancéreuses

Médecine

Voici une percée, peut-être majeure, dans le traitement des cancers. Des chercheurs de l’université de Tel-Aviv, en partenariat avec deux instituts d’oncologie israéliens, ont découvert une nouvelle méthode de destruction ciblée des cellules cancéreuses agressives : le suicide cellulaire. Il s’agit d’exploiter un mécanisme naturel d’autodestruction des cellules, en isolant la molécule qui permet ce phénomène, et en l’insérant dans les cellules des tumeurs malignes les plus graves. Cela permet de les détruire en 48 à 96 heures, sans endommager les cellules saines alentour. Cette découverte ouvre un nouvel espoir pour lutter contre des tumeurs malignes qui résistent aux traitements actuels, notamment dans certains cas de cancers de l’ovaire, du côlon, du pancréas, du cerveau et du poumon.

7DAHCHOUR - Égypte

Une reine inconnue découverte dans une nouvelle pyramide

Archéologie

Nouvelle avancée majeure dans l’étude des pyramides d’Égypte. Le 3 avril dernier, le ministère égyptien des Antiquités a dévoilé la découverte des vestiges d’une pyramide vieille de 3700 ans, datant de la xiiie dynastie, sur le site archéologique de Dahchour, au sud du Caire. L’édifice, enterré, serait en bon état de conservation. Les archéologues ont découvert un corridor conduisant à l’intérieur de la pyramide, qui reste encore à explorer avec les dernières techniques d’imagerie. Les premières inscriptions en hiéroglyphes indiquent que le monument aurait appartenu à une reine enterrée près de son mari ou de son fils. Une reine jusqu’alors inconnue de l’Histoire.

6VARSOVIE - Pologne

Des cabines de sieste dans les arbres en pleine ville

Smart-City

Comment rendre la ville plus agréable et conviviale tout en maximisant l’espace urbain ? Pour permettre à la population de faire une sieste après le déjeuner ou de flâner lors d’une après-midi ensoleillée, le cabinet d’architecture Octo a imaginé le Tree Hopper, ou arbre kangourou. Il s’agit de cocons transparents, tissés en polyester, qui s’accrochent dans les arbres et dans lesquels on peut s’asseoir ou s’allonger en toute sécurité. Cerise sur le gâteau : on peut aussi venir y travailler ou surfer sur Internet, car chaque cocon est équipé d’un port USB et d’un relais wi-fi. Pour l’heure, seuls des prototypes ont été réalisés, mais ils pourraient être installés à Londres et à Puerto Rico prochainement.

5LUGANO - Suisse

Des drones autonomes pour livrer les hôpitaux

Services

Comment améliorer la livraison des échantillons de laboratoires entre deux hôpitaux ? La Poste suisse a trouvé la solution : utiliser des drones autonomes. Dans le cadre d’un projet pilote, l’organisme a fait appel à l’entreprise américaine Matternet, spécialisée dans les drones, pour tester son nouveau service de livraison avec le réseau hospitalier du Tessin. Les quadricoptères mesurent 80 cm de diamètre, sans les hélices, et pèsent 9,5 kg batterie incluse. Ils peuvent porter jusqu’à 2 kg et parcourir 10 mètres par seconde, à une altitude de 110 mètres et à des températures comprises entre - 10°C et 40°C. L’engin est télécommandé à distance à l’aide d’une application, et localise lui-même le tapis d’atterrissage grâce à un signal infrarouge. De la mi-mars au 4 avril dernier, près de 70 vols ont été effectués entre deux hôpitaux. Un bilan est attendu dans les prochaines semaines.

4SAINT-MALO – France

Le premier tour du monde en catamaran à hydrogène

Exploit

C’est un véritable laboratoire énergétique flottant. Energy Observer, un catamaran à hydrogène conçu à Saint-Malo, va bientôt larguer les amarres pour faire le tour du monde, une première pour ce type d’engin. Long de 30,5 mètres, large de 18,8 mètres, d’un poids de 30 tonnes, il voguera à une vitesse de 8 à 10 noeuds dès cet été. Ce sera le premier navire à énergies renouvelables et à hydrogène au monde, doté d’une panoplie inédite de technologies : 130 m2 de panneaux photovoltaïques, deux éoliennes, un désalinateur d’eau de mer, des compresseurs d’hydrogène, un équipement de traction intelligent, un électrolyseur, deux moteurs électriques à haut rendement ou encore des logiciels de surveillance et de routage maritime. De quoi produire et stocker l’hydrogène à bord, tout en la couplant à l’ensemble des énergies renouvelables du bateau.

3DAKAR – Sénégal

Sekou, la plateforme pour faire connaître les projets innovants

Médias

L’innovation se stimule aussi par la mise en valeur et en réseau des réussites pour susciter des vocations. Deux entrepreneurs français, spécialisés en marketing digital, ont ainsi eu l’idée de créer une plateforme, Sekou, pour propulser sur le devant de la scène les nouveaux « role models » africains. Après un test en 2016 à Dakar, ils en déduisent que le pays fourmille d’initiatives mais que l’écosystème local a besoin d’être structuré pour se développer. La plateforme recense de nombreuses initiatives dans toute l’Afrique et met en avant les entrepreneurs, les investisseurs qui imaginent les nouveaux produits et services de demain créés par et pour les Africains.

2CAMBRIDGE – États-Unis

Contrôler les neurones à distance, c’est possible !

Recherche

Le grand mystère du cerveau humain s’éclaircit peu à peu. Des scientifiques ont identifié une manière de contrôler les connexions entre les milliards de neurones dans le cerveau, grâce à la technique de l’optogénétique (domaine de recherche associant optique et génétique). Cette découverte majeure part d’une algue dont la particularité est de réagir à la lumière. Les chercheurs ont reproduit son ADN, qu’ils ont inséré dans un neurone pour lui permettre de réagir lui aussi à la lumière en produisant une connexion électrique. De quoi permettre aux chercheurs de stimuler avec précision les neurones qu’ils souhaitent étudier, ainsi que leurs interactions.

1LOS ANGELES – États-Unis

Une casquette à énergie solaire pour recharger le smartphone

Téléphonie

La casquette va-t-elle revenir à la mode en tant que chargeur mobile ? La startup californienne Solsol a développé la première casquette à énergie solaire, capable de recharger les smartphones et les tablettes partout. Les bandes qui composent sa visière sont équipées de capteurs à énergie solaire. Un port USB, situé à l’arrière, sert à brancher le smartphone, qui se rechargera à 200 milliampère-heure (mAh). L’objet coûte 56 dollars (presque 53 euros). Seul inconvénient : il faudra réussir à rendre « cool » le fait d’avoir un fil qui sort de la tête.