Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

Vous recherchez : "Civic Tech" 2 résultats trouvés

SÃO PAULO - Brésil
L’application pour débattre...
Du 07 au 13 février 2018

Sur Internet et les réseaux sociaux existe le phénomène de « chambre...

LE CAIRE – Égypte
Une application d’alerte...
Du 22 au 28 septembre

Trois ans après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, plus...

10TOKYO – Japon

JO 2020 : une IA pour aider les juges à noter les gymnastes

Sports

Les JO 2020 seront les plus high-tech. La Fédération internationale de gymnastique a signé un accord avec l’entreprise japonaise Fijitsu pour créer un système d’aide à la notation pour les compétitions de gymnastique artistique. Des caméras 3D Fujitsu analyseront avec précision la position, l’angle et les mouvements des gymnastes. L’IA pourra ensuite donner une note d’exécution. Objectif : créer un support de notation en temps réel pour aider les juges à travailler de manière plus scientifique et donc plus objective. Mais la communauté sportive craint qu’une approche objectiviste de la notation réduise la prise en compte de la dimension artistique.

9ADELAÏDE – Australie

Une IA capable de prédire votre espérance de vie

Intelligence artificielle

Cinq mois, deux ans, cinq ans ? Les médecins donnent parfois aux patients gravement malades ou à leur famille une indication de leur espérance de vie. Une estimation souvent fausse, que des chercheurs de l’Université d’Adélaïde veulent rendre plus sûre. Ils ont donc conçu une intelligence artificielle capable de prédire la mortalité des patients à cinq ans, à partir de l’analyse de l’imagerie médicale de leurs organes. Le système, qui fonctionne avec un algorithme de deep learning, a su prédire avec une précision de 69 % le devenir de patients. Ce taux est équivalent aux prédictions actuelles « manuelles ». Mais il devrait s’améliorer avec le temps et le volume de données. L’outil pourrait aussi servir d’aide au diagnostic pour les médecins, car l’IA a appris à détecter des signes de maladies qui peuvent échapper même aux professionnels les plus expérimentés.

8GUANGZHOU – Chine

Le drone-taxi autonome vole avec des passagers

Transports

Airbus ou Uber peuvent s’inquiéter : le 5 février, une startup chinoise, Ehang, a prouvé son avance technologique en multipliant les vols d’essai de son taxi-drone autonome. Pour la première fois, un prototype fonctionnel a embarqué des passagers humains et effectué toutes sortes de missions dans les airs. Différentes vidéos montrent l’appareil sans pilote se mouvoir avec autant d’aisance qu’un hélicoptère léger. Le taxi volant chinois est équipé de huit hélices à moteur électrique, disposées sur quatre bras. Il peut transporter un passager ou 100 kg de fret. Le vol est totalement automatisé et peut durer de vingt à trente minutes, sur une vingtaine de kilomètres, atteindre 500 mètres d’altitude et une vitesse maximale de 130 km/h. La performance est cruelle pour Airbus, qui a annoncé triomphalement le 31 janvier dernier le succès du vol inaugural du Vahana, son prototype de drone de transport : un seul vol de 53 secondes sans aucun passager à bord.

7TEL-AVIV – Israël

Un site de location d’appartements qui garantit le « room service »

Economie collaborative

Airbnb a démocratisé la location d’appartements, mais les voyageurs restent attachés aux prestations hôtelières comme le room service. Ce créneau est exploité par la startup israélienne Sweet Inn, qui s’engage à ce que chaque appartement réponde à des standards minimums, comme la machine à café, une literie de qualité, des adaptateurs électriques, le wi-fi et une décoration conforme à « l’esprit de la ville ». Contrairement à Airbnb, aucun appartement n’est habité. Tous sont uniquement destinés à la location et forment ainsi un réseau de logements de standing dans de nombreuses capitales.

6OSLO – Norvège

Le vélomobile électrique Podbike veut conquérir le monde

Transports

Mi-vélo, mi-voiture, totalement propre. Le « vélomobile » s’apprête à conquérir nos villes, en commençant par la Norvège. Comme une voiture, le Podbike, créé par le constructeur Elpedal, possède une carrosserie et quatre roues. Comme un vélo, il avance parce que son utilisateur pédale. Les pédales sont reliées à un générateur d’électricité, qui alimente les deux moteurs placés sur les roues arrière. L’engin peut atteindre 25 km/h pendant 60 km grâce à une batterie rechargeable. Contrairement au vélo, le Podbike se conduit allongé, protégé par la carrosserie de la pluie, du froid et du vent. L’objectif est de le commercialiser en 2019 en Norvège, puis en 2020 en Europe, pour 4 500 euros. Donc à un prix aussi élevé que celui d’un vélo électrique premium, mais moins que celui d’une voiture sans permis.

5LÜBECK – Allemagne

Des plantes-robots à la place de votre mobilier ?

Robotique

Votre table de salon sera-t-elle demain capable de pousser par elle-même ? C’est le projet fou d’une équipe de biologistes, informaticiens et architectes réunis au sein de l’initiative européenne Flora Robotica. Le principe : remplacer le mobilier urbain et domestique par des plantes téléguidées par des robots. Les robots « dialoguent » avec les plantes via de petites LED, dont la lumière bleue oriente le sens de la pousse des plantes. Les robots sont équipés de capteurs pour mesurer les besoins des plantes en eau et en nutriments. « Les organismes robots-végétaux se transforment en structures architecturales (murs, toits, bancs), offrant des fonctionnalités telles que l'ombre, le contrôle de la qualité de l’air et la réduction du stress », explique le collectif sur son site. Le projet a décroché un financement du programme Horizon 2020 de l’Union européenne.

4DRONGOUINÉ – Côte d’Ivoire

Le li-fi pour avoir la lumière et Internet sans l’électricité

Développement

Drongouiné, à 12 km de Dadané, tout près de la frontière avec le Liberia et la Guinée, est un village reculé, où l’électricité n’est toujours pas arrivée. Mais, en l’espace d’un week-end, les habitants ont été équipés d’Internet, de lumière et de la télévision. Comment ? Grâce à la technologie li-fi (Internet via le spectre lumineux) et aux kits wi-fi développés par la startup Lifi-LED Côte d’Ivoire. L’entreprise a installé des panneaux solaires sur le toit d’un bâtiment. Ceuxci sont reliés à un circuit d’ampoules LED, équipées de petits modules wi-fi. De quoi accéder à Internet lorsqu’on se trouve sous le spectre lumineux. Un système de répéteur donne aussi la possibilité de se connecter en wi-fi ou en Bluetooth dans un rayon de 3 km. La startup compte se déployer dans tout l’ouest du pays et vise une extension dans d’autres pays africains.

3BRISTOL – Royaume-Uni

Du carburant renouvelable fabriqué avec de la bière

Énergie

Et si la bière faisait rouler les voitures à la place de l’essence ? C’est l’objectif d’une équipe de scientifiques britanniques de l’Université de Bristol. Les chercheurs ont découvert que l’éthanol contenu dans la bière peut être transformé en carburant et devenir une alternative durable à l’essence, grâce à une technologie qui le convertit en butanol. Actuellement, le procédé peut produire à peine quelques centaines de grammes de butanol, ce qui reste très insuffisant. L’objectif à terme est de déployer la technologie à toutes les boissons alcoolisées, pour faire du butanol un substitut qui pourrait être utilisé à l’échelle industrielle.

2NEW YORK – États-Unis

La « blockchain » pour aider les sans-abri

Social Tech

On connaît la blockchain pour les cryptomonnaies comme le bitcoin et les polémiques qui vont avec. À New York, l’État fédéral et l’ONG Blockchain for change utilisent cette technologie de certification des transactions pour aider les sans-abri. L’organisation leur distribue des smartphones équipés de l’application Fummi, qui leur permet de s’identifier numériquement et d’accéder aux aides sociales ou à des services financiers : 3 000 sans-abri peuvent ainsi mieux gérer leur identité numérique au quotidien et effectuer des démarches administratives qui nécessitaient auparavant une adresse physique.

1LIMA – Pérou

Quand la pollution des voitures devient une encre

Economie circulaire

Me cuesta mucho respirar » (« Il est très difficile de respirer »). C’est le message inscrit sur un panneau d’affichage placé à l’une des intersections les plus fréquentées de l’avenue Abancay, à Lima. Sa particularité : l’encre provient de la pollution des voitures. La compagnie de gaz Calidda a installé dans le panneau d’affichage un dispositif, capable de recueillir les polluants de l’air et de les transformer en encre. Au fil des jours, le panneau vierge se noircit et inscrit ce message. Le Pérou fait partie des pays plus pollués au monde, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’opération vise à sensibiliser les habitants et les pouvoirs publics.