Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
10SYDNEY – Australie

Un supermarché en libre-service dédié aux produits périmés

Consommation

Nouvelle étape dans l’anti-gaspillage. À Sydney, un supermarché spécial, baptisé OzHarvest, a ouvert ses portes dans le quartier de Kensington. Sa devise : « Prenez tout ce dont vous avez besoin, et si vous pouvez, donnez ». Sa particularité : le magasin ne propose que des aliments périmés, destinés à être jetés mais toujours consommables. Tous sont vendus à prix mini, voire offerts aux plus démunis. Parmi les produits proposés : des fruits et légumes « moches », des conserves, des plats surgelés ou encore du pain, des boissons et des produits d’hygiène. Ce sont les dons de près de 2 500 personnes (et clients) qui approvisionnent le magasin. Un Australien jette environ 20 % de ses achats alimentaires, d’après des statistiques officielles.

9HONG-KONG – Chine

Air Translator, des petits écouteurs qui traduisent les conversations en temps réel

Communications

Des écouteurs, un smartphone, et vous voilà paré pour la découverte du monde, sans la barrière de la langue. Telle est la promesse de l’Air Translator, lancée à Hong-Kong par la startup Global Sources. Le principe ? Deux personnes qui ne se comprennent pas s’équipent chacune d’un écouteur. Lorsque l’une parle, un logiciel de traduction automatique restitue la phrase à la fois sur le chat qui s’affiche dans l’application dédiée, et en audio dans l’oreillette de l’autre personne. Problème : pour l’instant, la traduction est trop lente. Il est donc encore difficile de mener une conversation de manière naturelle. Mais cela devrait venir…

8TEL AVIV – Israël

La réalité virtuelle pour entraîner les soldats

Formation

Quoi de plus efficace que de s’entraîner à une tâche dans des conditions réelles ? C’est pourquoi l’armée israélienne a décidé de se convertir à la réalité virtuelle pour former ses soldats. Depuis peu, grâce à des casques Oculus (Facebook) et Vive (HTC), elle propose des simulations en zones de guerre plus vraies que nature, notamment des combats dans des souterrains qui ressemblent à ceux creusés entre Israël et la bande de Gaza. La réalité virtuelle leur permet d’apprendre à évoluer, en solitaire ou en groupe, à travers ces champs de batailles sinueux et mal éclairés. Des centaines de milliers de dollars ont été investis dans ces nouveaux outils.

7BRATISLAVA – Slovaquie

Cleanbox, la plateforme qui centralise tous vos abonnements web

Internet

S’abonner à une newsletter ou s’inscrire sur un site, cela prend deux minutes. Mais les courriels se perdent dans les messages indésirables, quand on n’oublie pas carrément ses identifiants. Pour se faciliter la tâche, deux ingénieurs slovaques ont lancé Cleanbox, une plateforme qui regroupe automatiquement tous les abonnements d’un internaute, afin de pouvoir rapidement les trier, les annuler et les archiver. Un clic suffit, notamment pour se désabonner ou pour archiver un message important. De quoi éviter de perdre du temps et de mieux s’organiser dans la jungle du web.

6GÊNES – Italie

Un implant artificiel rétinie

Optique

Les lunettes deviendront-elles des reliques ? Des chercheurs de l’Institut de Technologie ont développé un implant rétinien capable d’améliorer la vue. Cette prothèse, qui se substitue à la rétine endommagée, permet de convertir la lumière en un signal électrique qui stimule les neurones rétiniens. Des tests, conduits en laboratoire sur des rats, montrent chez ceux qui ont été opérés de la rétine une plus grande sensitivité à la lumière et une augmentation de l’activité dans leurs cortex visuels primaires. Des premiers tests sur des humains seront menés au deuxième semestre 2017.

5CONSTANTINE – Algérie

Un centre de désintoxication pour les accros à Internet

Sevrer la dépendance à Internet comme on sèvre l’alcool ou la toxicomanie. Après ceux de Corée du Sud et de Chine, un troisième centre public d’addictologie spécialisé dans la dépendance au web et aux réseaux sociaux a vu le jour près de Constantine. Au programme : thérapie cognitive et comportementale pour gérer le manque, groupes de soutien et suivi individuel par des psychologues agréés. En dehors du travail, passer plus de 38 heures par semaine sur le Net est considéré comme relevant de l’addiction, même si l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) n’a toujours pas reconnu la web dépendance comme une maladie au même titre que l’alcoolisme.

4COTONOU – Bénin

Pliby, la plateforme de découverte d’artistes africains

Culture

Pour faire découvrir et partager la richesse de la musique africaine, de plus en plus d’Africains ont recours à la plateforme Pliby, créée à Cotonou en 2013. Disponible en anglais et en français, elle met en avant les artistes indépendants ou méconnus en les aidant à rencontrer leur public en ligne, à se constituer des communautés de fans et à trouver des financements pour produire leurs albums, via le crowdfunding. Les utilisateurs peuvent écouter, télécharger et partager la musique avec leurs amis sur les réseaux sociaux. Gratuite, la plateforme se rémunère par un pourcentage sur les campagnes de financement. Pliby a déjà aidé plus de 310 artistes et revendique des utilisateurs dans 120 pays partout dans le monde.

3BRISTOL – Royaume-Uni

Bientôt du sang artificiel produit en grande quantité ?

Santé

Malgré les campagnes de don de sang, de nombreux hôpitaux sont régulièrement soumis à des pénuries, ce qui transforme parfois la transfusion sanguine en question de vie ou de mort. Et si on pouvait produire du faux sang, à volonté, et donc ne plus recourir aux dons ? C’est l’objectif de chercheurs de l’Université de Bristol et de l’établissement anglais du sang (NHS Blood). Ces scientifiques ont réussi à créer des globules rouges artificiels qu’il est possible de multiplier à volonté. Pour l’heure, les chercheurs n’ont pu produire que quelques litres de ce sang artificiel. Même pas de quoi aider un seul hôpital. Tout l’enjeu consiste à « industrialiser » cette pratique, ce qui pourrait devenir possible dans les prochaines décennies.

2RIO DE JANEIRO – Brésil

Un soutien-gorge qui détecte le cancer du sein

Prévention

Suite à la double mastectomie de sa mère, un étudiant de 18 ans a décidé de s’attaquer à la prévention du cancer du sein. Il a mis au point un soutien-gorge novateur, doté de capteurs sensoriels capables d’évaluer la texture, la température et la couleur de la peau des seins. La femme doit porter le sous-vêtement 60 à 90 minutes par semaine pour obtenir des mesures régulières. Toutes les données sont ensuite envoyées par Bluetooth sur une application dédiée, qui les analyse grâce à un algorithme. En cas d’altération de son état de santé, l’utilisatrice reçoit une alerte et est invitée à se rapprocher de son médecin. Le jeune homme a été récompensé du premier prix des Global Student Entrepreneur Awards (GSEA), le 29 avril dernier en Allemagne.

1BOSTON – États-Unis

Baxter, le premier robot à déchiffrer les pensées

il des débuts du dialogue homme-machine ? Le laboratoire d’informatique et d’intelligence du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’Université de Boston ont développé un système permettant au robot Baxter de corriger ses erreurs en interprétant les signaux neuronaux de l’homme. Des capteurs, placés sur la tête de l’ordonnateur, envoient des signaux cérébraux au robot qui les déchiffre et les analyse pour en tirer une commande simple. Plus besoin d’interfaces mécaniques entre l’homme et le robot. C’est par le langage de la pensée, moins exigeant et chronophage, que s’opère la communication. Ainsi, Baxter est capable de lire et de comprendre les ondes cérébrales reçues et de réorienter le cours de ses actions, grâce à un algorithme qui calcule très rapidement la probabilité d’erreur de l’action qu’il est en train d’effectuer. Une façon d’autonomiser encore plus le robot mais aussi et surtout de le connecter davantage à l’homme dans une nouvelle forme de collaboration. À terme, la pensée pourrait agir comme une télécommande connectée à son environnement robotique et/ou numérique.