Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
10SYDNEY - Australie

Des drones détecteurs de requins

Sécurité

Face à l’augmentation des attaques de requins sur les plages d’Australie, les autorités sortent les grands moyens. Depuis début septembre, la société Little Ripper a mis en service une patrouille de drones programmés pour identifier la présence de requins à proximité des plages. L’engin, baptisé Shark Spotter, est nourri avec un algorithme qui lui permet de distinguer les requins des baleines et des dauphins, avec une précision de 90 %, contre 20 % à 30 % pour l’homme. Les drones sont équipés d’un mégaphone pour prévenir en urgence les nageurs et les surfeurs en cas d’arrivée d’un prédateur. L’entreprise travaille aussi sur une balise d’urgence qui pourra être larguée dans l’eau afin de faire fuir les requins grâce à un signal électrique.

9TOKYO - Japon

JO 2020 : les médailles entièrement issues de smartphones recyclés

Economie circulaire

Pourquoi polluer pour fabriquer des médailles olympiques, alors qu’on pourrait recycler les déchets électroniques ? En 2016, les organisateurs des JO de Rio y avaient déjà pensé avec leurs médailles composées à 30 % de matériaux recyclés. Mais le Japon pourrait faire mieux en 2020. Un comité d’experts nommé par le gouvernement préconise de fabriquer des médailles à 100 % à partir de vieux smartphones, qui contiennent chacun une petite quantité des métaux nécessaires. Les Japonais, qui jettent en moyenne l’équivalent de 5,3 kilos de métaux par an et par personne, ont été incités à déposer leurs vieux appareils électroniques, dans toutes les grandes villes du pays. Objectif : récupérer les deux tonnes d’or, d’argent et de bronze nécessaires à la fabrication des 5 000 médailles des prochains JO.

8JINAN - Chine

Big Brother s’invite dans la lutte contre les incivilités

Surveillance

usqu’où peut-on aller pour améliorer le vivre-ensemble ? La question se pose à la suite de l’initiative prise par plusieurs villes chinoises pour sanctionner les piétons indisciplinés. Elles ont ainsi installé, près de certaines zones très denses, des caméras dotées d’un logiciel de reconnaissance faciale. Celui-ci enregistre les piétons qui traversent hors des clous ou quand le feu est rouge. Les clichés sont comparés avec ceux contenus dans une base de données de la police, ce qui permet d’identifier les fautifs. Ces derniers peuvent choisir entre payer une amende de trois dollars, assister à un cours de code de la route ou aider les policiers de la circulation. La ville de Jinan a été la première, en juin, à adopter ce système. Plus de 6 000 personnes se sont fait « flasher », mais, selon la municipalité, le nombre de piétons indisciplinés a baissé de 90 % aux carrefours équipés.

7NAIROBI - Kenya

Contre les attaques de lions, des clignotants à l’énergie solaire

Innovation Frugale

Le bon sens n’est pas qu’une question d’expérience. À seulement 11 ans, Richard Turere, un jeune Massaï, a trouvé comment régler l’épineux problème des attaques de lions sur les troupeaux, et ce sans tuer les lions, ce qui est interdit par la loi. En gardant les bêtes de son père, le jeune Kényan a compris que les lions craignaient la lumière mobile. Il a alors démonté des appareils électroniques et bricolé, avec une batterie de moto et un clignotant, un appareil baptisé Lion lights. L’objet diffuse de la lumière de manière aléatoire, ce qui fait fuir les lions, et fonctionne à l’énergie solaire. Une solution sur mesure dans les campagnes non couvertes par l’électricité mais confrontées à une recrudescence des attaques de lions ces dernières années.

6JÉRUSALEM – Israël

L’appli qui protège les enfants du cyber-harcèlement

Internet

Près de 40 % des adolescents entre 13 et 17 ans auraient déjà vécu un harcèlement en ligne, mais seulement 22 % des victimes oseraient en parler. Une inquiétude pour les parents. Pour les rassurer, une startup israélienne a développé l’application Keepers. Grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle, celle-ci peut identifier le contenu suspect sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram et WhatsApp) en prenant en compte la tonalité et le champ lexical employés. Le programme évalue ainsi le risque d’agression. S’il est élevé, l’appli envoie directement une alerte aux parents, qui peuvent ainsi intervenir.

5LE CAP - Afrique du Sud

Des drones « bergers » pour combattre le braconnage

Intelligence artificielle

La technologie peut aussi se mettre au service de nobles causes. C’est le pari de la fondation Lindbergh, associée à l’entreprise Neurala, pour améliorer son programme Air Shepherd, destiné à lutter contre le braconnage. Pour protéger les rhinocéros et les éléphants d’Afrique des assauts des amateurs d’ivoire, la fondation a équipé des drones d’une intelligence artificielle. Celle-ci peut distinguer les braconniers des animaux et informer en temps réel les gardes-forestiers, afin qu’ils puissent intervenir et empêcher les massacres. Une nécessité alors qu’un rhinocéros est tué en Afrique toutes les 11 heures et qu’un éléphant meurt toutes les 15 minutes, sous les coups des chasseurs qui convoitent leur ivoire, d’après les chiffres de la fondation.

4VIENNE – Autriche

La brosse qui nettoie les dents toute seule, en dix secondes

Hygiène

Même si les experts recommandent de se brosser les dents pendant trois minutes, peu d’entre nous y consacrent autant de temps. Et comme le ridicule ne tue pas, une startup autrichienne a inventé l’Amabrush, une brosse à dents d’un nouveau genre qui promet un nettoyage efficace en dix secondes chrono. L’objet ressemble à un gros dentier doté de petites lamelles. Une fois pris en bouche, un distributeur de dentifrice intégré s’active, tandis que les lamelles nettoient les dents sous toutes les coutures. L’Amabrush se recharge via un port USB et coûte 79 euros, sans compter les recharges de dentifrice (3 euros), qui durent chacune un mois. Le produit cartonne sur la plateforme de financement participatif Kickstarter, où il a récolté plus de 585 000 euros alors que l’objectif initial était de 50 000 euros.

3BRISTOL – Royaume-Uni

Chuchoter à distance grâce à des électrodes

Deep Tech

Révolution en vue dans la communication humaine. Le Project Telepathy, de l’université de Bristol, vise à créer un outil permettant de communiquer jusqu’à 30 mètres de distance en chuchotant. L’utilisateur sera équipé d’un haut-parleur et de quatre électrodes placées autour de ses lèvres et de sa mâchoire. Celles-ci liront les mouvements faciaux, traduits en un faisceau ultrasonore dirigé vers l’interlocuteur. « C’est un son très doux, comme si quelqu’un murmurait à votre oreille sans être présent », explique Asier Marzo, qui pilote les travaux. Pour l’heure, seuls dix mots peuvent être détectés et transmis avec une précision de 80 %. Les versions futures de la technologie devraient permettre une complexité plus grande dans la conversion de la langue, et un dispositif plus discret.

2CHARLOTTESVILLE - États-Unis

Bientôt une éolienne plus haute que la tour Eiffel !

Énergie

Afin d’optimiser au maximum les capacités d’une éolienne, la meilleure solution est d’en augmenter la taille. Des scientifiques de l’université de Virginie ont mis au point le prototype d’une éolienne haute de 500 mètres, soit largement plus que la tour Eiffel (306 mètres). Ses pales mesureront 200 mètres de long. L’engin pourra produire 50 mégawatts d’électricité, soit une multiplication par dix des capacités actuelles d’une éolienne standard. L’objectif est d’installer ce type d’éolienne en pleine mer, à au moins 90 kilomètres des côtes, pour mieux capter les vents. Pour augmenter la résistance de ces pales géantes, les chercheurs se sont inspirés du palmier, au tronc souple et capable de se plier sans rompre, même en cas de grand vent.

1BELLEVUE - États-Unis

La machine qui ne tue que les insectes nuisibles

AgriTech

La lutte contre les pesticides passe aussi par la mise au point de nouvelles solutions. Photonic Fence fait partie des plus prometteuses. Développée par l’entreprise Intellectual Ventures Laboratory, il s’agit d’une machine qui ne tue que les insectes nuisibles, différenciant le moustique de l’abeille par exemple. Son secret : une caméra intelligente capable d’analyser en 3D les différents insectes en fonction de leur forme, de leur vitesse ou encore de la fréquence de leurs battements d’ailes. La prise de décision se fait en 22 millisecondes seulement, avec un taux de réussite de 99 %. Le Photonic Fence peut tuer jusqu’à 20 insectes par seconde, dans un rayon de 30 mètres et sur 3 mètres de hauteur. La machine est d’abord destinée à de grandes exploitations agricoles.