Le tour du monde de l’innovation | Le tour du monde de l’innovation

Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
10TOKYO – Japon

Un robot-cuisinier qui vous prépare des plats de chef

Robotique

Reproduire le geste humain est le plus grand défi des robots. Mais cela semble à la portée de Sony. Le constructeur japonais, en collaboration avec l’université américaine Carnegie-Mellon, travaille sur des prototypes de cuisiniers 4.0. Dopés à l’intelligence artificielle, ces robots seraient capables de préparer, de cuisiner et même de livrer un repas complexe en manipulant des aliments fragiles et des instruments de cuisine. Le but de cette recherche est de démocratiser la robotique grand public, de vendre à terme des robots-cuisiniers aux restaurants et d’utiliser ces nouvelles compétences à d’autres domaines de la robotique industrielle ou grand public.

9PÉKIN – Chine

EcoloBlue, le premier générateur d’eau potable à partir de l’air

Environnement

Seulement 3 % de l’eau sur Terre est douce. 90 % de cette eau est utilisée pour l’agriculture et l’industrie. Et un quart de l’eau douce actuellement disponible aura disparu en 2030, d’après les Nations unies. Pour préserver les ressources en eau disponibles, la société EcoloBlue a mis au point une solution unique au monde : un générateur d’eau atmosphérique, c’est-à-dire un dispositif capable d’extraire l’humidité de l’air ambiant, pour la transformer en eau potable. EcoloBlue utilise une technologie propriétaire et brevetée qui capte l’humidité de l’air et la fait passer par un circuit complexe de 12 étapes pour la filtrer, la reminéraliser et la transformer en eau pure. L’entreprise commercialise toute une gamme d’appareils ménagers capables de produire de 100 litres (pour les particuliers et les bureaux, par exemple) à 10 000 litres d’eau potable par jour (pour les zones résidentielles, les exploitations agricoles, les sites industriels ou le secours aux sinistrés). Ses clients se situent partout dans le monde.

8TEL AVIV – Israël

Des « nano-gouttes » pour réparer les yeux

Santé

Et si vos problèmes de vue disparaissaient grâce à quelques gouttes d’un produit révolutionnaire ? C’est le projet de scientifiques de l’Institut des nanotechnologies et matériaux avancés de l’université Bar-Ilan, à Tel Aviv. Ils ont mis au point des « nanogouttes » capables de soigner les cornées endommagées et d’améliorer la vue. Testée avec succès sur des cochons, la solution pourrait éliminer le besoin de porter des lunettes en soignant la myopie ou l’hypermétropie. Les gouttes pourraient aussi remplacer les lentilles multifocales. À suivre…

7BUDAPEST - Hongrie

SignAll, la traduction automatique en langue des signes

Handicap

L’intelligence artificielle pourra-t-elle remplacer les interprètes en langue des signes ? C’est l’ambition de SignAll, startup hongroise qui est en passe de mettre au point le premier système entièrement automatisé au monde de traduction en langue des signes – pour l’instant uniquement en anglais. Son prototype utilise trois webcams et un capteur de profondeur, placés au niveau de la poitrine, qui permettent de suivre en continu et de capter toute la gamme des mouvements des mains et des bras. Un module de traitement du langage traduit ensuite les mouvements directement en anglais. L’objectif : améliorer l’autonomie des sourds et malentendants pour leur permettre d’interagir avec des non-experts de la langue des signes sans avoir besoin de recourir à un interprète.

6OUAGADOUGOU - Burkina Faso

Nkalo, la startup qui aide les agriculteurs à gonfler leurs revenus

Agriculture

Dans sept pays d’Afrique (Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire, Tchad, Sénégal, Gambie et Soudan), la startup Nkalo aide les producteurs de noix de cajou, de sésame, de maïs, d’oignons, de karité et d’arachides à optimiser la gestion de leur exploitation. Créée par l’ONG française Rongead et son partenaire burkinabé Etc...terra, Nkalo (« je sais » en langue dioula) propose un bulletin d’information, du conseil par téléphone et un service par SMS qui indique le prix de vente des céréales en temps réel. Selon la startup, le concept a déjà séduit 73 300 agriculteurs, qui ont généré au total un chiffre d’affaires supplémentaire de plus de 4 millions d’euros grâce à sa solution.

5LONDRES – Grande-Bretagne

Daqri croise hologramme et impression 3D

Technologie

Imprimer un objet en 3D en une seule étape est désormais possible grâce aux hologrammes. La startup britannique Daqri utilise la polymérisation, une technique classique de l’impression 3D qui consiste à durcir un plastique via un faisceau lumineux. Plutôt que de passer le laser plusieurs fois pour durcir le matériau couche par couche, Daqri le fabrique en une fois grâce à un hologramme, qui est un faisceau laser en trois dimensions. De quoi réduire considérablement le temps d’impression, éviter les déformations de pièces liées au processus de fabrication couche par couche et se passer de support. Pour le moment, Daqri n’imprime que de petits objets fins, comme un trombone, mais planche sur une puce holographique plus conséquente pour produire des objets plus épais.

4BREST – France

Un piège à frelons asiatiques garanti sans insecticide

Agriculture

Le Vesta Velutina, ou frelon asiatique, pullule en France depuis une dizaine d’années. Un cauchemar pour les apiculteurs, car il dévore les abeilles déjà menacées de disparition. Le 8 mai, Denis Jaffré, un apiculteur du Finistère, a obtenu le grand prix du concours Lépine pour son piège à frelons asiatiques baptisé BCPA, pour « bac de capture préventif et autonome ». Comme une nasse à poissons, il fonctionne avec une sorte d’entonnoir duquel il est impossible de s’échapper. Pour ne pas piéger d’autres insectes, un premier compartiment sert d’appât avec de la cire et du miel. Au-dessus se trouve la cage de capture, équipée de deux entonnoirs grillagés. Ces derniers agissent comme des filtres sélectifs, grâce aux différentes tailles de trous dans leur grillage. Ainsi, les frelons européens, plus gros que les asiatiques, ne peuvent pas entrer dans le piège, tandis que les espèces plus petites (abeilles, guêpes, frelon européen) peuvent en ressortir. Grâce à ce dispositif, Denis Jaffré a déjà capturé 1 062 frelons asiatiques en un an.

3SAN JUAN - Bolivie

Une école-vitrine du développement durable

Environnement

Après avoir remporté le Zayed Future Energy Prize, prix qui récompense chaque année une école américaine pour sa vision durable du futur, l’établissement scolaire bolivien Unidad Educativa Sagrado Corazon 4, dans la province de San Juan, est devenu un modèle de développement durable. L’école accueille une centrale électrique de 25,6 kW et 70 panneaux photovoltaïques. Un système pour récupérer l’eau de pluie a été construit afin de la stocker pour la saison aride et créer des jardins. Le but est de sensibiliser la jeunesse à l’environnement et de pousser les pouvoirs publics à multiplier ce type d’initiatives.

2NEW YORK – États-Unis

La Fox travaille sur un film dont vous êtes le coscénariste

Cinéma

Après Netflix et HBO, le cinéma expérimente à son tour les contenus interactifs. Le studio Fox a annoncé travailler sur un projet de film, dont le déroulement serait directement influencé par les spectateurs présents dans la salle. Ces derniers seraient invités à télécharger sur leur smartphone une application baptisée CtrlMovie, puis à choisir par ce biais entre plusieurs propositions à différents moments clés du film. Chaque choix déclencherait la modification de l’intrigue. Pour Fox, il s’agit de proposer des films « sur mesure » et de repenser l’expérience du cinéma.

1LOS ANGELES – États-Unis

Des tunnels à grande vitesse pour effacer les embouteillages

Transports

Après l’espace et l’asphalte, l’entrepreneur visionnaire Elon Musk (Tesla, Space X, Hyperloop) part à la conquête d’un nouvel univers : le sous-sol. Son nouveau projet, baptisé ironiquement The Boring Company (l’entreprise barbante), est de construire un gigantesque tunnel à grande vitesse sous Los Angeles. L’objectif : contourner les embouteillages. La Boring Company souhaite s’associer à la société gérant le métro de la ville pour relier les deux systèmes. Concrètement, on « embarquerait » via des navettes électriques situées en surface, qui descendraient ensuite sous terre par un ascenseur pour rejoindre un réseau de voies à grande vitesse où elles circuleraient jusqu’à 200 km/h. Chaque navette pourrait enmener 16 personnes. Une nouvelle forme de transport en commun entre le métro et la voiture individuelle.