Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
10OSAKA – Japon

LFEX, le laser superpuissant capable de révéler les secrets de l’Univers

Espace - Thèmes

La communauté scientifique a mis beaucoup d’espoirs dans le LFEX. Et pour cause : ce laser superpuissant est capable de recréer en laboratoire le plasma, l’état extrême de la matière, pour qu’il soit ensuite étudié par les scientifiques afin de livrer quelques réponses sur les prémices de l’Univers. Ce Laser for Fast Ignition Experiments (LFEX), mis au point par les chercheurs de l’université d’Osaka, est capable de produire un rayon pouvant atteindre deux millions de milliards de watts sur un milliardième de seconde. Il est l’outil le plus puissant du monde pour faire « exploser » les matières ordinaires.

9SÉOUL – Corée du Sud

Un toaster qui désinfecte le smartphone

Hygiène - Thèmes

C’est bien connu : avec 7 000 bactéries en moyenne, un smartphone est plus sale qu’une cuvette de toilettes. À Séoul, un café propose à ses clients un nettoyage express grâce à une sorte de grille-pain désinfecteur de smartphone, baptisé le Green Toaster. Comme on le ferait avec une tranche de pain, il suffit de placer le téléphone dans le toaster pendant quelques minutes pour que celui-ci détruise toutes les bactéries à l’aide d’UV. Créé par un bureau d’études anglais, l’appareil est également en vente sur le site 2 4 d’e-commerce Gmarket.

8NEW DELHI – Inde

Le PRT, le transport en commun du futur ?

Thèmes - Transports

À mi-chemin entre le périphérique, le métro et la voiture autonome, le PRT (Personal Rapid Transit) s’imposera-t-il comme le transport en commun du futur ? New Delhi a validé un programme pilote pour construire une ligne jusqu’à Manesar, située à 50 km au sud-ouest. Comme le périphérique, le PRT glisse sur un réseau de rails aériens. Comme le métro, il se compose de « voitures ». Et comme la voiture autonome, il fonctionne de manière automatique et s’alimente en électricité. Le PRT peut transporter jusqu’à dix fois plus de personnes sur son réseau que les métros, bus ou tramways, car chaque nacelle est indépendante. Lorsqu’une cabine arrive à un arrêt, elle se désolidarise du reste du réseau pour déposer les passagers, ce qui permet aux autres de continuer tranquillement leur chemin sans s’arrêter. Problème : les financements ne sont pas encore complets, ce qui ne cesse de retarder l’exécution du projet.

7BANDE DE GAZA

Un stéthoscope imprimable en 3D à 30 centimes

Médecine - Thèmes

Après les incursions d’Israël dans la bande de Gaza en 2012, le docteur Tarek Loubani et ses collègues manquaient d’équipement médical pour soigner les blessés. D’où l’idée de créer un stéthoscope grâce à l’impression 3D, en utilisant des fichiers en code source ouvert. Avec l’aide de collègues ingénieurs, Tarek Loubani a mis au point trois fichiers destinés aux imprimantes 3D : la tête du stéthoscope, le tube rigide pour les oreilles et des embouts. Les médecins doivent y ajouter des tubes de silicone et un diaphragme, à découper dans une pochette plastique. L’instrument coûte seulement 30 centimes et serait, selon des tests internes, aussi performant que les matériels plus chers.

6LE CAIRE – Égypte

Une téléréalité pour pousser à entreprendre

Entreprenariat

Dans un pays gangrené par 40 % de chômage chez les jeunes, tous les moyens sont bons pour encourager l’initiative. Une entrepreneure américaine, Anna Elliott, a lancé Bamyan Media, une startup qui conçoit, avec des maisons de production locales, des programmes de téléréalité avec une forte portée sociale. Son émission, Mashrou 3, qui signifie « le projet » en arabe, se veut à mi-chemin entre une compétition entre startuppeurs et une émission pédagogique expliquant aux Égyptiens comment gérer une entreprise. Plusieurs startups présentées au cours de la première saison ont trouvé le succès, si bien qu’Anna Elliott cherche des financements pour produire une deuxième saison.

5BRUXELLES – Belgique

Naissance du premier bébé issu de « déchets ovariens »

Science - Thèmes

L’hôpital universitaire de Bruxelles a repoussé les limites de la maturation in vitro et de la cryopréservation. En juillet dernier est né à Bruxelles le premier bébé européen conçu à partir de « déchets ovariens », c’est-à-dire d’ovocytes normalement inutilisables. Cette nouvelle technique a permis à une femme qui avait subi une ovariectomie (ablation des ovaires) à cause d’un cancer, de donner naissance à une petite fille en pleine santé. Selon les chercheurs, cette procédure, extrêmement complexe, représente un espoir pour augmenter les chances de grossesse des patientes en oncologie ou à haut risque d’infertilité.

4LONDRES – Royaume-Uni

Une batterie de smartphone qui dure une semaine

Thèmes - Téléphonie

Et si votre smartphone carburait à l’hydrogène ? C’est le pari de la startup londonienne Intelligent Energy, qui a développé un prototype d’iPhone 6 dont la batterie tient sept jours sans recharge. De quoi faire rêver tout utilisateur de smartphone. Cette batterie révolutionnaire fonctionne grâce à une pile à combustible « si fine qu’elle s’intègre dans le châssis, sans altération, en conservant la batterie rechargeable », précise le PDG de l’entreprise. La technologie devrait être prête pour le public « dans moins de deux ans ».

3BELO HORIZONTE – Brésil

Le parc Inhotim, le plus grand musée à ciel ouvert du monde

Culture - Thèmes

Faire « pousser » des oeuvres d’art en pleine forêt tropicale, tel est le pari fou de Bernardo Paz. Ce milliardaire brésilien, qui a fait fortune dans le minerai de fer, finance depuis neuf ans ce qui s’apparente à la fois à un temple destiné à la préservation de la biodiversité et le plus grand musée à ciel ouvert du monde. Le parc Inhotim, situé près de Belo Horizonte, abrite pas moins de 5 000 espèces végétales sur une superficie équivalente à 300 terrains de football. Il expose aussi des centaines d’oeuvres d’art disséminées un peu partout, signées par 200 artistes du monde entier. Le succès est tel – 500 000 visiteurs par an – que des galeries, un hôtel et un théâtre sont en projet, pour faire du parc Inhotim une référence mondiale de la culture en pleine nature.

2QUÉBEC – Canada

Une nouvelle façon de vivre en communauté

Logement

Depuis un peu plus d’un an, 92 Québécois expérimentent en pleine ville leur propre conception du vivre-ensemble. Sur un terrain de 11 000 mètres carrés, les habitants ont fait construire autour d’un grand jardin deux longs immeubles de deux étages, abritant 42 logements, du studio à la maison comprenant quatre chambres. Chaque famille a dessiné elle-même son logement et contribué à sa construction. Pour favoriser les interactions, la structure, baptisée Cohabitat Québec, a bâti une « maison commune » qui se compose d’une grande salle à manger, une buanderie, une salle de jeux et de lecture et un atelier de bricolage. Les membres assurent l’entretien des parties communes et achètent ensemble les équipements de loisir et de sport. Ils fonctionnent en sociocratie, un mode de gestion où toutes les décisions se prennent par consentement : si une personne émet une objection, la communauté doit trouver une solution pour la lever. L’avenir du logement collectif ?

1MIAMI – États-Unis

Un tatouage éphémère qui mesure l’alcoolémie grâce à la sueur

Prévention - Thèmes

Moins contraignant que l’éthylotest, voici le tatouage éphémère. Mis au point par deux étudiantes de la Miami Ad School et financé par Heineken, le SafeStamp s’applique sur la main en début de soirée. Grâce à une micropuce, il mesure le niveau d’alcool dans le sang à partir de la sueur de son détenteur. En cas de consommation excessive, le tatouage vire au bleu fluo, ce qui indique qu’il n’est pas en état de conduire. Les créatrices espèrent convaincre les boîtes de nuit de vendre leurs tatouages pour un dollar l’unité.