Le tour du monde de l’innovation


Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l'avenir.

8 7 6 5 4 3 2 1
8ÎLES GILI – Indonésie

Le soleil au secours de la barrière de corail

Environnement - Thèmes

La riche biodiversité des fonds marins des îles Gili en fait un lieu privilégié pour les plongeurs. Mais l’activité humaine abîme considérablement les coraux, menacés de destruction dans les décennies à venir. Pour les protéger et les régénérer, l’association Gili Eco Trust a mis au point la technologie BioRock. Il s’agit d’installer des structures en acier sous l’eau et d’y déposer des coraux abîmés. Un courant électrique, délivré par des panneaux solaires, permet à la structure en acier de se recouvrir d’une croûte minérale insoluble qui favorise la reconstruction des coraux. Le système coûte environ 2000 euros. Il est financé par une écotaxe d’environ 3 euros payée par les plongeurs. Au moins 104 structures BioRock ont déjà été installées autour des îles Gili.

7BANGKOK – Thaïlande

Une algue nutritive cultivée sur les toits

Alimentation - Thèmes

Et si les algues étaient la nourriture de demain ? Selon l’ONU, il faudra nourrir 9,6 milliards de personnes en 2050, alors que 80 % des surfaces agricoles mondiales sont déjà exploitées. À Bangkok, l’entreprise EnerGaia anticipe les besoins en faisant pousser sur ses toits une micro-algue, la spiruline. Très nutritive, elle spiruline contient de 59 % à 65 % de protéines, contre 40 % pour le soja et 23 % pour un steak cru. Grâce aux rayons du soleil, la plante double de volume toutes les vingt-quatre heures. L’entreprise commercialise sa spiruline sous forme de pâtes et de compléments alimentaires. Elle fournit aussi des restaurants locaux et internationaux.

6NEW DELHI – Inde

Un réseau de toilettes publiques qui produisent du biogaz

Hygiène - Thèmes

Aujourd’hui encore, 814 millions d’Indiens n’ont pas accès à des installations d’assainissement. Un phénomène à l’origine de 80 % des maladies du pays. Ainsi, sur les 8 000 villes indiennes, seules 1 000 disposent d’un système d’égouts et 160 d’une usine de retraitement des eaux usées… Pour réduire les maladies, le Dr Bindeshwar Pathak ambitionne de démocratiser l’accès aux toilettes, en créant un réseau de W.-C. publics. Depuis les années 1970, son ONG Sulabh Academy a installé 54 millions de toilettes payantes (pourquelques roupies), utilisées tous les jours par 10,5 millions d’Indiens. Économiques, ces W.-C. sont aussi écologiques : les excréments humains sont envoyés dans une station de production de biogaz. Grâce à la méthanisation, la dégradation des déchets produit un biogaz converti en électricité, qui sert à alimenter des groupes électrogènes, des cuisinières et des ampoules.

5 AMSTERDAM – Pays-Bas

Des moquettes écologiques qui améliorent la qualité de l’air

Economie circulaire - Thèmes

Les grands groupes aussi se mettent à l’économie circulaire, c’est-à-dire à la conception de produits réutilisables, recyclables, moins polluants car moins gourmands en ressources naturelles. Depuis 2007, l’entreprise Desso, spécialiste des moquettes, développe Ecobase, une offre de services qui propose à ses clients d’entretenir et de renouveler leur revêtement. Une manière de récupérer d’anciennes moquettes et de les recycler. Elle a également conçu une technologie pour capturer et retenir les particules fines nocives de l’air intérieur, qu’elle a intégré à sa moquette Air Master.

4MONTREUIL – France

La Maison des Babayagas, une autre façon de vieillir

Seniorité

Parfois, les utopies deviennent réalité. C’est le cas de la Maison des Babayagas, la première maison de retraite autogérée en France, qui a ouvert ses portes en 2013. Cette maison atypique, qui dépend de l’office HLM de la ville, accueille, à leur initiative, uniquement des femmes qui se définissent comme « féministes, citoyennes, solidaires et écologiques ». Pour « vieillir autrement », les Babagayas (en référence à un groupe de sorcières slaves) disposent chacune d’un appartement confortable (entre 25 et 44 m2). Elles économisent en partageant les infrastructures (machines à laver, buanderies et congélateurs) et en mutualisant le recours aux services payants à la personne. Avec l’idée d’éviter ou de retarder le départ en institution médicalisée. Leur bâtiment basse consommation (BBC) dispose aussi d’une salle commune qui accueille une université populaire, Unisavie [l’Université du savoir des vieux, ndlr] qui vise à entretenir le débat sociétal autour de la vieillesse.

3DAKAR – Sénégal

Un réseau d’épiceries solaires pour les ruraux

Services - Thèmes

En Afrique subsaharienne, plus de huit foyers sur dix n’ont pas accès à l’électricité. En zone rurale, la proportion est de 19 sur 20. Les conséquences sociales, sanitaires et économiques sont dévastatrices. Comment étudier sans lumière, cultiver sans système de pompage d’eau ou conserver ses aliments sans réfrigérateur ? Pour apporter une énergie renouvelable aux populations enclavées d’Afrique, l’entreprise Station Energy s’est inspirée du principe de la station-service et de l’épicerie africaine pour créer un réseau de boutiques franchisées de proximité. Alimentées par des panneaux solaires, elles commercialisent des services tels que la location de batteries rechargeables, des kits énergétiques solaires, des espaces réfrigérés partagés, un cybercafé, ainsi que du transfert d’argent. Une initiative pionnière de l’économie fonctionnelle, qui consiste à vendre non plus la valeur d’un bien, mais celle de son usage.

2CURITIBA – Brésil

Une « capitale écologique » pionnière

Thèmes - Urbanisme

La ville était déjà un modèle de smart city, avant même que le terme ne vienne à la mode. Le programme de planification urbaine, dessiné au tournant des années 1980 par l’architecte-urbaniste Jaime Lerner, mélange habilement les zones de travail, de résidence et les lieux de vie. Les transports (métro de surface qui passe toutes les vingt-deux secondes, réseau de bus de 80 km) sont utilisés par 95 % de la population. Pour désengorger le centre-ville, les services publics (emploi, aide sociale, équipements sportifs) sont décentralisés dans des « rues de la citoyenneté » réparties partout dans la ville. De nombreux parcs reliés entre eux par un corridor écologique piéton offrent 55 m2 de verdure par habitant, contre les 16 m2 recommandés par l’ONU. Enfin, grâce à une gestion innovante des déchets, 24 % des ordures sont recyclées, contre 5 % en moyenne au Brésil.

1MEXICO – Mexique

L’eau « solide », arme ultime contre la sécheresse?

Irrigation

C’est une potion magique qui pourrait révolutionner l’agriculture. Pour obtenir un pack cette Lluvia Solida (eau « solide ») créée par la société Silos de Agua, il suffit de mélanger un litre d’eau de pluie à une poudre granuleuse d’acrylate de potassium. Une vingtaine de minutes après application, l’eau liquide se solidifie sous la forme d’un gel. La pluie ainsi récupérée peut être réutilisée au moment des sécheresses, courantes au Mexique et dans d’autres zones, comme en Afrique. Une fois solidifiée, l’eau peut être stockée dans des sacs ou des bidons, puis déposée dans des sillons avec les semences, où elle maintient l’humidité au niveau des racines de la plante. En outre, cette solution permettrait d’augmenter la productivité de la terre de 200 % à 500 %, selon l’entreprise.